Le Cameroun en 1955

Fonction Titulaire Depuis   Fonction Titulaire Depuis
Cameroun sous tutelle française 1946   Cameroun sous tutelle britannique 1946
Haut commissaire Roland PRE
1954   Commissaire Edward John GIBBONS 1954

Président de l'Assemblée territoriale

Paul SOPPO PRISO 1952   Premier ministre du Cameroun oriental Emmanuel M. ENDELEY
1954
1955 : Roland PRE, l'administrateur de la France coloniale dissout l'UPC, l'Union des Populations Camerounaises

L'administrateur Roland PRE a pris la décision de dissoudre le parti nationaliste UPC le 15 juillet dernier. Les émeutes qui ont embrasé toute la partie sud du « Cameroun français » au mois de mai et qui ont été brutalement réprimées par le pouvoir colonial sont à l'origine de cette interdiction.

Le siège de l'UPC a été mis à sac et les organisations considérées comme « annexes de l’UPC » telles que la Jeunesse démocratie du Cameroun (JDC) et l’Union démocratique des femmes camerounaises (Udefec) ont été frappées de la même interdiction.

Cette mesure pousse hors du jeu politique, la grande formation du pays et devrait permettre à la France de placer des personnes favorables à sa politique d'intégration.

Politique

Les leaders de l'UPC contraints à l'exil et au maquis

Les leaders de l'UPC. De gauche à droite, au premier plan: Osendé Afana, Abel Kingué, Ruben Um Nyobè, Félix-Roland Moumié, Ernest Ouandié
Les leaders de l'UPC. De gauche à droite, au premier plan: Osendé Afana, Abel Kingué, Ruben Um Nyobè, Félix-Roland Moumié, Ernest Ouandié

Mai sanglant dans plusieurs localités

Des manifestations d'ordre politique et social ont secoué plusieurs villes du sud-Cameroun du 22 au 30 mai avant d'être réprimées dans le sang. A Yaoundé, 50 personnes ont été tuées au cours d'émeutes provoquées par le meurtre d'un boy. Cette nouvelle a provoqué le soulèvement des populations à Douala et l'onde de choc s'est poursuivie dans d'autres villes.

Plusieurs militants de l'UPC ont été arrêtés et jetés en prison.


Société


Economie

Inauguration du pont sur le Wouri

Construit de 1952 à 1954 par les entreprises françaises Batignolles, Campénon Bernard et Hersent, le pont sur le Wouri a été inauguré le 15 mai 1955  par Pierre Henri Tertgen, ministre de la France d'Outre-mer.

Début des travaux de construction de l'usine d'Alucam

Le cout de ces travaux qui devraient durer un peu moins de 2 ans est estimé à 8 milliards de francs Cfa.

Cette construction est subordonnée à l'extension de la centrale électrique d'Edéa dont le projet dit d'Edéa II démarre presqu'en même temps, pour un cout de 3,5 milliards de francs Cfa.

Création d'un institut d'émission

20 janvier 1955 : Création de l'Institut d'Emission de l'A.E.F. et du Cameroun.