Crise anglophone de 2016

Sommaire

Le déclenchement de la crise

Les manifestations et leur répression

Les villes mortes

Les revendications des enseignants

Les revendications des avocats

Les autres doléances et revendications

Les dérives (incendies, menaces et violences, blocage de l'école, blocage de l'Internet, tentatives de récupération)

Les réponses du gouvernement aux doléances (création de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, recrutement d'auditeurs de justice, reforme de la Cour suprême, )

Les procès

Quelques acteurs de la crise (Ayah Paul Abine, Paul Atanga Nji, Paul Ghogomu Mingo, Bernard Muna, Akere Muna, Mme Novala Lyonga)

Les missions d'explication

 


Les dérives

Incendies

Le Baptist Comprehensive College de Nkwen à Bamenda réduit en cendres à la veille de la rentrée scolaire 2017-2018

Date

Lieu
13 Aout 2017

Incendie du Baptist Comprehensive College de Bamenda

En savoir plus


Quelques acteurs de la crise

Paul Atanga Nji, ministre et secrétaire exécutif du CNS

Le ministre chargé des missions à la Présidence, qui est par ailleurs, secrétaire exécutif du Conseil National de Sécurité a pratiquement jeté de l'huile sur le feu, en niant le bien-fondé des revendications de la communauté anglophone.

Ecoutez l'interview de Paul Atanga Nji au cours du journal parlé du 24 novembre 2016.

Mme Nalova Lyonga, vice-chancelor de l'Université de Buéa

En novembre 2016, Madame le recteur a provoqué la colère des étudiants de l'Université de Buéa en imposant une pénalité de 10.000 francs Cfa aux étudiants coupables de s'être inscrits tardivement.

Les manifestations ont été violemment réprimées par les forces de l'ordre et donné lieu à des débordements.