Encyclopédie de l'histoire des organisations du Cameroun

Le contenu de Powr.io ne s’affiche pas du fait de vos paramètres des cookies actuels. Cliquez sur la politique d’utilisation des cookies (fonctionnels et marketing) pour accepter la politique d’utilisation des cookies de Powr.io et afficher le contenu. Pour plus d’informations, consultez la politique de confidentialité de Powr.io.

Les Drapeaux successifs

Le drapeau du Cameroun Uni, depuis mai 1982
Le drapeau du Cameroun Uni, depuis mai 1982
Le drapeau de la République Fédérale (1961-1982)
Le drapeau de la République Fédérale (1961-1982)
Le drapeau de 1957 à 1961
Le drapeau de 1957 à 1961

La Devise

Paix - Travail - Patrie


Evolution de  l'hymne national

L' histoire de l'hymne en bref

Le chant de ralliement, qui deviendra, en 1957, l'hymne du Cameroun, a été créé en 1928 par René Jam Afane, compositeur des paroles et Samuel Minkyo Bamba, compositeur de la musique.

Ils étaient élèves de la première promotion de l’Ecole normale de Foulassi, une localité des environs de Sangmélima, dans le Sud Cameroun.

Les paroles de la version anglophone de l'hymne furent créées en 1961, après la déclaration d'indépendance du Cameroun français mais avant l'accession des territoires anglophones à l'indépendance, par Bernard Fonlon, à l'époque traducteur à la Présidence. Ce n'est pourtant qu'en 1978 que cette version est adoptée par l'Assemblée nationale. 

Les paroles de la version française furent modifiées en 1970.

Version instrumentale de l'hymne national du Cameroun


La version française modifiée en 1970

 En français

I.

Ô Cameroun, berceau de nos ancêtres,

Va debout et jaloux de ta liberté.

Comme un soleil ton drapeau fier doit être

Un symbole ardent de foi et d'unité.

Que tous tes enfants du nord au sud,

de l'est à l'ouest soient tout amour,

Te servir que ce soit leur seul but,

Pour remplir leur devoir toujours.

Refrain :

Chère patrie, terre chérie,

Tu es notre seul et vrai bonheur,

notre joie et notre vie,

À toi l'amour et le grand honneur.

II.

Tu es la tombe où dorment nos pères,

Le jardin que nos aïeux ont cultivé.

Nous travaillons pour te rendre prospère.

Un beau jour enfin nous serons arrivés

De l'Afrique sois fidèle enfant,

Et progresse toujours en paix,

Espérant que tes jeunes enfants,

T'aimeront sans bornes à jamais.

La version anglaise adoptée en 1978

En anglais

I.

O Cameroon, Thou Cradle of our Fathers,

Holy Shrine where in our midst they now repose,

Their tears and blood and sweat thy soil did water,

On thy hills and valleys once their tillage rose.

Dear Fatherland, thy worth no tongue can tell!

How can we ever pay thy due?

Thy welfare we will win in toil and love and peace,

Will be to thy name ever true!

Refrain :

Land of Promise, land of Glory!

Thou, of life and joy, our only store!

Thine be honour, thine devotion,

And deep endearment, for evermore.

II.

From Shari, from where the Mungo meanders

From along the banks of lowly Boumba Stream,

Muster thy sons in union close around thee,

Mighty as the Buea Mountain be their team;

Instil in them the love of gentle ways,

Regret for errors of the past;

Foster, for Mother Africa, a loyalty

 

That true shall remain to the last. 

La version initiale de l'hymne

 O Cameroun, berceau de nos ancêtres,

Autrefois tu vécus dans la barbarie,

Comme un soleil, tu commences à paraitre,

Peu à peu tu sors de ta sauvagerie,

Que tous tes enfants du Nord au Sud,

De l'Est à l'Ouest soient tout amour,

Te servir que ce soit notre seul but,

Pour remplir notre devoir toujours

Refrain :

Chère Patrie, terre chérie,

Tu es notre unique et vrai bonheur.

Notre joie et notre vie

À toi l’amour et le grand honneur.


Evolution des armoiries