Le Cameroun en 1992

Les principaux dirigeants

Fonction Titulaire Depuis   Fonction Titulaire Depuis
Président de la République Paul BIYA 1982   Président Assemblée nationale Djibril CAVAYE YEGUIE
1992
Président Conseil économique et social Luc AYANG 1984   Président de la Cour suprême Alexis DIPANDA MOUELLE 1991
Premier ministre Simon ACHDI ACHU
1992   Chef d'état major des armées Pierre SEMENGUE 1983
Première élection présidentielle post-ouverture démocratique. Paul BIYA est déclaré vainqueur. John FRU NDI crie au voleur!
Première élection présidentielle post-ouverture démocratique. Paul BIYA est déclaré vainqueur. John FRU NDI crie au voleur!

Politique

Simon ACHIDI ACHU nommé Premier ministre

Fonka Shang non reconduit au perchoir

L'assemblée au Nord, le PM aux Anglophones

Les députés RDPC Simon ACHIDI ACHU et Djibril CAVAYE YEGUIE ont été nommés respectivement Premier ministre et Président de l'Assemblée nationale.

 

Législatives : Le RDPC obligé de composer

Municipales : Douala bascule dans l'opposition

Coup d'état à l'UNDP : Bello chasse Eboua

Le Gouverneur ACHU MOFOR démissionne

Le Gouverneur de la province de l'Est, Georges ACHU MOFOR, a démissionné de ses fonctions en octobre.

Dans la lettre qu'il a adressée au Président de la république, il a dénoncé les pressions faites par son supérieur hiérarchique, le ministre de l'Administration territoriale, pour faire gagner à tout prix le candidat du RDPC dans sa région de compétence.

Cliquez pour lire la lettre de démission du Gouverneur

Le ministre GARGA HAMAN démissionne

Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative Garga Haman Adji, a démissionné de ses fonctions. Précédemment ministre de la Fonction publique et du Contrôle supérieur de l'Etat, il s'est vu retirer ce deuxième volet lors du remaniement d'Avril. La preuve, selon lui, que l'on veut, ainsi, l'empêcher de mener à sa guise, la lutte contre les détournements de fonds publics.

Paul BIYA réélu Président de la République

Paul Biya a  remanié 3 fois au cours de l'année

Le premier remaniement a eu lieu en Avril. Il a notamment permis de retirer à Garga Haman Adji, le contrôle supérieur de l'Etat et, partant, la "chasse aux baleines qui pillent impunément les caisses de l'Etat."

Le second, en septembre, a fait suite  la démission de Garga Haman Adji de son poste de ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative. Sali Dairou a été nommé pour le remplacer.

Le troisième, consécutif à la victoire électorale de Paul Biya en octobre, a surtout vu Simon Achidi Achu accéder au poste de Premier ministre en même temps qu'il a permis au président Biya de procéder à une redistribution des cartes entre le RDPC et ses nouveaux alliés.

Fru Ndi placé un mois en résidence surveillée

Des députés UNDP claquent la porte du parti!


Résultats des législatives

1 March 1992 National Assembly Election*

 

Registered Voters

4,019,562

Total Votes (Voter Turnout)

2,435,443 (60.6%)

Invalid/Blank Votes

   238,200

Total Valid Votes

2,197,243

 

 

 

Party

Number of Seats (180)

Cameroon People's Democratic Movement (RDPC)

88

National Union for Democracy and Progress (UNDP)

68

Movement for the Defense of the Republic (MDR)

18

Union of the Peoples of Cameroon (UPC)

6

 

*Two opposition parties, the Social Democratic Front (SDF) and Cameroon Democratic Union (UDC), boycotted the poll.

 


Société

Jeanne Irène BIYA est morte

Jeanne-Irène BIYA 1935-1992
Jeanne-Irène BIYA 1935-1992

Jeanne Irène, l'épouse du Président de la République Paul BIYA, est morte le 29 juillet de cette année, à 57 ans. Née en 1935 dans un village des environs d'Akonolinga, Jeanne Irène BIYA était infirmière de formation. Elle avait rencontré et épousé le futur Chef de l'état pendant qu'elle poursuivait ses études en France. Elle laisse un enfant, Frank Emmanuel BIYA.


Economie


Sports

Education

Mbella Mbappé fixe à 60, le nombre maxi d'élèves par classe.

Le nouveau ministre de l'Education nationale, Robert Mbella Mbappé a décidé de s'attaquer aux effectifs pléthoriques des salles de classe, l'une des principales causes, selon lui, des faibles performances scolaires constatées. 

Il a prescrit en juillet, dans une circulaire, deux importantes mesures, qui devaient prendre effet dès la rentrée de septembre, pour juguler le phénomène :

  • interdiction des recrutements dans les classes de 6ème (concours obligatoire)
  • effectif maximum par salle de classe : 60 élèves.

Le bilan a fin décembre est sans appel : la prescription du ministre a fait "flop"!


Documentation

Télécharger
Lettre de démission du gouverneur de la région de l'Est, Georges Achu Mofor, en 1992
Lettre de démission du gouverneur Achu M
Document Adobe Acrobat 279.5 KB