Le Cameroun en 1993

Fonction Titulaire Depuis   Fonction Titulaire Depuis
Président de la République Paul BIYA 1982   Président Assemblée nationale Djibril CAVAYE YEGUIE 1992
Président Conseil économique et social Luc AYANG 1984   Président de la Cour suprême Alexis DIPANDA MOUELLE 1991
Premier ministre Simon ACHIDI ACHU 1992        
Baisse des salaires, liquidation d'entreprises, corruption...la pauvreté étend ses tentacules
Baisse des salaires, liquidation d'entreprises, corruption...la pauvreté étend ses tentacules

A la Une : Les travailleurs dans la tourmente

1 - Double baisse des salaires des fonctionnaires

Pour tordre le cou à une crise qui ne finit pas, le Gouvernement a adopté différentes stratégies de réduction du train de vie de l'Etat ont connu leur point culminant cette année, avec deux baisses de salaires en l'espace de 10 mois soit trois baisses en deux ans! En effet, au cours de l'année 1993, les agents de la fonction publique camerounaise ont subi une première baisse de salaire, de l'ordre de 30 %, au mois de janvier, suivi d'une deuxième baisse, d'environ 50 %, au mois de novembre.

2 - Pas de salaires en septembre et octobre

Les temps sont durs pour les fonctionnaires camerounais. Secoués d'entrée par une baisse des salaires de 10% en janvier, ils ont pris peur à cause des retards répétitifs  avant de vivre le calvaire en septembre et en octobre, mois au cours desquels ils n'ont pas eu droit au moindre kopek.

En novembre, ils ont reçu un nouveau coup de massue, avec une nouvelle baisse des salaires, plus importante que la première, e l'ordre de 65%!

Paul Biya a tenté de donner une explication dans son discours de fin d'année : "Le choix était pourtant douloureux -ou licencier plusieurs dizaines de milliers d’agents de l’État -ou procéder à une nouvelle baisse des rémunérations à un niveau compatible avec nos ressources. Nous avons choisi la réduction des salaires pour ne pas avoir à jeter dans la rue des dizaines de milliers de Camerounais, pères et mères de dizaines d’enfants et de famille, jeunes en début de carrière, anciens fonctionnaires dont la reconversion aurait été difficile".

3 - L'Etat s'habitue à payer en retard

Habituellement payés le 16 du mois, les personnels de l'Etat doivent désormais attendre le 30 pour "toucher" leurs salaires. Une situation qui n'est pas sans désagréments.

4 - Les entreprises ferment les unes après les autres

5 - Les paysans victimes de la Nouvelle Politique Agricole

Les paysans sont aussi atteints que les fonctionnaires. La Nouvelle Politique Agricole (NPA), adoptée par le gouvernement dès 1990, aboutit à la «la fermeture des entreprises d'encadrement telles que l'ONCPB, la privatisation progressive des activités de développement de l’agriculture, la responsabilisation plus accrue des agriculteurs et la diversification de la production agricole». Non préparés à cette nouvelle donne et ayant subi le fouet de la chute des prix des produits agricoles sur le marché international, les paysans sont aux abois! Beaucoup abandonnent le travail de la terre.


Double choc pour les étudiants : Les bourses, c'est fini; Fini aussi, la gratuité de l'université!

Douloureux changement d'époque! Jusqu'à l'année dernière, le Gouvernement offrait des bourses aux étudiants inscrits dans les universités d''ici et d'ailleurs. Ce temps-là est désormais révolu!

Et de quelle manière! Non content de supprimer la bourse à la majorité des étudiants, le Gouvernement a décidé de leur faire payer dorénavant l'inscription  l'université!

Pour les étudiants et leurs parents frappés par une crise dont peu voient le bout du tunnel, la pilule est amère.

Les frais d'inscription passent de 3.300 à 50.000 francs Cfa, soit une augmentation vertigineuse de 1.415%!

Education

La réforme accouche de 6 universités.....

En janvier de cette année, est intervenue une réforme profonde de l’Enseignement Supérieur. Le décret 92/74 du 13 avril 1993 a transformé les centres Universitaires en Universités à part entière à Buéa, Douala, Dschang et Ngaoundéré. Dans le même temps, une seconde université dite Yaoundé II, a été créée à Soa,  aux  portes  de  la  capitale.  Elle  sera  à  vocation  juridique  et  économique . Le Cameroun se trouve dès lors doté  de  six  Universités  au  lieu  d’une seule précédemment.

Pour en savoir plus sur cette réforme :

 

...et exclut, de facto, des milliers d'étudiants

La réforme universitaire, qui s'est traduite, entres autres, par la suppression de la bourse et l'augmentation de 1500% des frais d'inscription à l'université, a exclu des centaines d'élèves des études supérieures.

En effet, avec la baisse des salaires des parents fonctionnaires, la perte des revenus des ex-employés des entreprises liquidées ou privatisées et l'absence de toute mesure sociale visant à atténuer le choc de la crise sur les couches défavorisées, les enfants issus des familles pauvres n'ont pas les moyens de poursuivre des études supérieures.

Un Board & un Office pour gérer les examens du secondaire

Deux établissements publics administratifs, le GCE Board et l'Office du Baccalauréat (OBC) ont été créés cette année pour organiser les examens du second cycle de l'enseignement secondaire.

Leur création va permettre de décongestionner la Direction des examens du Ministère de l'Education nationale.


Société

La guerre à nos portes : Le Nigéria a envahi Bakassi

Les troupes nigérianes ont envahi, en décembre, la péninsule de Bakassi, territoire de mangroves d'une superficie de 1.000 km2 situé dans le sud-ouest camerounais (golfe de Guinée) et peuplé à majorité par des pêcheurs nigérians.

Depuis quelque temps, les deux pays s'accusent d'effectuer des incursions sur "leur" territoire et d'y masser des troupes.

Il y a deux ans, le 27 août 1991 à Yaoundé, le Nigeria a remis en cause les accords coloniaux délimitant les frontières entre les deux pays,violant par le fait même les principes sacrés de l’OUA qui entérine les frontières issues de la période coloniale. Il a exigé une délimitation des frontières dans la zone du lac Tchad, la révision des accords germano-britanniques de 1885 et les accords anglo-allemands de 1913. En réaction à cette situation, le Cameroun a réaffirmé sa position sur ces divers accords et le principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation.
Pour l'invasion du 21 décembre, le Nigéria a accusé les gendarmes camerounais d'avoir menacé ses ressortissants. Face à cette situation, le Cameroun a décidé de s'opposer à la violation de son intégrité territoriale et a riposté fermement en repoussant les assaillants.


Politique


Economie

Le PIB par tete de 1993 est descendu au niveau de celui de 1974
Le PIB par tete de 1993 est descendu au niveau de celui de 1974

Le Cameroun est-il plongé dans une crise sans fin?

Selon l'AFD (Agence Française de Développement) qui dresse un rapport de la situation économique du Cameroun en 1993, "Les effets de la mise en place, en 1987, d’un plan d’ajustement structurel, se font durement sentir.

La politique de restriction a conduit à une réduction modeste des dépenses courantes et à une contraction importante des dépenses d’investissement public ainsi qu’au développement des arriérés intérieurs. Or, dans le même temps, le système bancaire s’est retrouvé en état de quasi-faillite, ce qui a entraîné une forte contraction de la liquidité et du crédit.

L’ajustement structurel s’est en conséquence transformé en ajustement réel, à travers les différentes composantes de l’absorption : le recul de la consommation des ménages a suivi celui de la consommation publique, et l’investissement privé s’est effondré suite à la politique de contraction des crédits mise en oeuvre par les banques.

La diminution des importations a permis de rétablir l’équilibre courant, mais, pour l’essentiel, l’ajustement structurel n’a pas permis le rétablissement de l’équilibre financier des différents acteurs : en 1993, le déficit public est resté important, le service de la dette publique s’est accru, les entreprises créancières de l’État ont été fragilisées, les banques se sont trouvées dans une situation de quasi-faillite".

Le plus dur est-il à venir?

Total vend sa filiale exploration-production

Le groupe français Total, qui avait une part assez faible dans les réserves et la production de pétrole dans notre pays, a décidé de plier bagages.

Il a vendu ses intérêts à Kelt mais conserve ses activités dans la distribution des produits pétroliers.


Santé

Nécrologie

Abdoulaye Fadil est mort

Le propriétaire du Groupe éponyme, propriétaire, entre autres entreprises, de CCC (Complexe Chmique Camerounais, savonnerie) et SELCAM (fabrication du sel), de l'Hötel Méridien de Douala et des journaux Challenge Hebdo et Dikalo, est décédé en mars dernier.